Un beau pompier pour éteindre mon feu…


Enfin mon tout premier repos depuis des semaines. Trois jours à ne pas mettre mon réveil à sonner, un vrai bonheur. Dommage que mon petit ami soit absent (il est routier international) car j'aurais aimé partager ces congés en sa compagnie. J'habite en Ille-et-Vilaine, plus précisément à Rennes. Avec mon chéri on vit ensemble depuis huit ans. Je n'ai rien à lui reprocher car c'est la douceur incarnée mais à cause de son travail on se voit très peu. Parfois je me sens terriblement seule.

Heureusement je suis entourée de copines célibataires qui aiment s'amuser et faire la fête, je ne risque pas de m'ennuyer. Justement ce soir on sort entre nanas dans une fête "ambiance salsa". Il me reste une bonne heure devant moi pour me préparer. Sous la douche je pense à la tenue affolante et sexy que je vais porter... Je ne suis pas une allumeuse mais j'ai tendance à porter des tenues provocantes. J'aime quand mes robes dessinent les contours de mon corps, cela va bien avec mon style glamour.

Quand Régis est absent je me languis tellement que je fantasme beaucoup sur les autres hommes. J'imagine qu'il m'arrive des aventures sexuelles avec de beaux inconnus mais jamais je n'aurais cru qu'un jour je puisse vivre en réel un plan q torride.

En tendant l'oreille, je m'aperçois que le carillon de l'entrée retentit à plusieurs reprises. Zut ! Je ne suis pas prête et les filles sont déjà là... J'attrape une serviette en éponge au passage et me dirige en vitesse vers la porte d'entrée. Pas le temps de regarder dans l'oeilleton... Trop tard je me retrouve nez à nez avec un jeune pompier en uniforme qui semble très amusé de la situation. Dans ses mains les calendriers 2016. Ah mince j'avais pas prévu ça.

Bon je vais en prendre un car c'est la moindre des choses. En plus ce type est assez mignon.

Juste le temps de l'observer rapidement : je confirme il est plus que mignon même. D'une tête de plus que moi, il a les traits fins et un corps assez musclé pour me donner l'eau à la bouche. Son regard gris bleuté se pose sur moi avec surprise tandis que ses lèvres s'étirent dans un sourire charmeur. Oups j'avais zappé le calendrier des pompiers.

Gênée d'être pieds nus, avec pour seule barrière une fine serviette de toilette qui couvre une partie de mon corps, laissant apparaître mes longues jambes et le bord de mes seins j'hésite à le faire entrer mais j'ai peur qu'un résident me croise quasi nue devant ma porte.

Je pense avoir une petite chance avec lui vu comment son regard glisse sur ma tenue désinvolte. Je suis grande (171 cm pour 66 kilos) et pulpeuse. Des fesses généreuses, rebondies comme il faut. Je n'ai pas de gros seins mais les auréoles très roses dotées de gros mamelons forment un ensemble très excitant. J'ai 30 ans et je m'appelle Mathilde.

Je jette un coup d'oeil sur le palier silencieux et propose à ce charmant jeune homme de pénétrer chez moi. Sans réfléchir je l'invite à me suivre jusqu'au salon à la recherche de mon sac à main. Je m'excuse de le recevoir dans cette tenue mais il ne semble plutôt à l'aise. J'ai même l'impression qu'il me dévore des yeux pendant que je me balade devant lui dans cette tenue limite provocante.

Son parfum viril me nargue. Avec Régis qui est toujours sur la route, je me sens parfois si seule. De sentir le beau regard de ce jeune homme blond m'épier me fait chavirer le coeur. Un beau mec dans mon salon qui me mate c'est super grisant. Une toute douce chaleur se propage lentement le long de mes hanches pendant qu'il me tend un calendrier. Nos mains se frôlent très vite et dans son beau regard océan je devine du désir. Comment résister à l'appel des sens ?

L'attirance est là c'est une évidence. J'hésite une fraction de secondes avant de laisser tomber la serviette à mes pieds. Je sais bien que je suis en train de commettre une grosse bêtise mais l'attraction est trop forte ...Inutile d'en faire plus, mon beau viking a compris que j'avais besoin de ses services pour éteindre le feu couvant entre mes cuisses. Mon sac à main n'est pas loin et j'attrape dans la poche intérieure un préservatif....

Ses mains fermes épousent mes formes pendant que son corps jeune et nerveux se tend vers le mien tout chaud d'excitation. Mes mamelons sont déjà totalement éclos et durcis de désir pour mon petit sapeur pompier. Je sais que je joue à un jeu dangereux surtout quand je me rends compte qu'il bande aussi fort qu'un âne. Tant mieux j'ai tellement envie de sexe !

Régis n'est pas rentré de route depuis deux semaines et je suis à cran. A tel point que parfois la nuit je suis obligée de me caresser pour calmer mes fortes pulsions sexuelles. Mais là on dirait que je vais recevoir un beau cadeau de Noël avant l'heure.

Apparemment mon beau pompier n'en ai pas à son 1 er coup d'essai. C'est avec une grande habileté qu'il trouve rapidement la source humide de mon minou pour y glisser deux doigts audacieux. Un râle de plaisir glisse d'entre mes lèvres. Il doit penser que je suis une belle salope et il n'a pas tort. Mes mains fébriles dégrafent son pantalon à la hâte avide de sortir son sexe dur pour l'offrir à ma bouche gourmande. Mais il en a décidé autrement.

Il me pousse contre le rebord du canapé s'offrant ainsi la vue de mon corps souple et arrondie, cuisses ouvertes. Ses yeux se régalent. Il se met nu devant moi sans pudeur. Mes mains caressent sa nuque brûlante pendant qu'il colle ses lèvres contre ma chatte. Oh quel bonheur de se sentir désirée et butinée par un inconnu. J'ai l'impression que mon clitoris va exploser tant je m'emballe enivrée par ce cunnilingus démoniaque. Mon pompier aspire mon petit bout de chair tendre si fort que je me mets à gémir de plaisir pendant qu'il me doigte profondément. Mon bas ventre ressemble à un volcan débordant de lave savoureuse.

Il relève la tête et j'approche ma bouche de la sienne pour y goûter la saveur de ma mouille.

On s'embrasse sans honte et ses mains se plaquent vigoureusement sur mes fesses pour me coller étroitement contre son torse. Je crois qu'il est en manque de baise lui aussi parce qu'il gémit doucement chaque fois que mes mains le caresse. Il s'allonge à ma place et me bascule sur lui faisant en sorte que je me retrouve à cheval sur sa bite toute raide.

D'un geste rapide je saisis la capote. Ses deux mains s'accrochent à mes seins, triturant mes bouts, pendant que ma main guide son gland rose contre l'entrée mouillée de mon vagin dilaté. Lentement mes mains s'en empare et c'est très sensuellement que j'emballe son beau manche dans un préservatif doux comme du satin. D'un coup sec et rapide sa bite encapuchonnée glisse dans mon petit trou se frayant un chemin assez loin. Il me demande d'une voix rauque de lui dire mon prénom. Je n'ose pas lui dire le vrai alors je mens et je réponds que je suis son Emmanuelle. Il sourit et me reprends la bouche avec fougue.

Les premiers centimètres de sa queue m'arrachent un cri de plaisir si intense que de moi même je m'empale dessus pour contrôler son entrée. Doucement ses reins remuent pendant que mon corps épanoui ondule sur son membre large et puissant. Lui aussi pendant que j'accentue mes vas et viens commence à gémir… Ses petits grognements de satisfaction m'émoustillent comme jamais. . Je m'enfile encore plus loin sa bite et glisse mes mon index et mon majeur sur ma boule d'amour pour la titiller. Mes sens sont en total éveil et mon corps contracté se maîtrise pour ne pas imploser de suite.

Très endurant mon beau sapeur joue avec sa grosse lance dans mon foyer torride, la faisant claquer contre les parois de mon intérieur douillet. J'arrive plus à maîtriser les mouvements incontrôlés de mon corps qui semble déterminé à prendre le plus de plaisir auprès de ce jeune gars plein de vitalité.

Ne désirant pas gicler dans la capote, mon pompier s'est abstenu de jouir attendant que moi je vienne... Je me suis donc abandonnée à mon plaisir quand sa queue est venue au plus profond de moi. Puis il a décapuchonné sa bite toujours tendue et me l'a fourré entre les lèvres pour que je la suce. J'aime tellement le sperme qu'avec mes lèvres et ma langue j'ai joué un long moment sur sa queue, me régalant de la lécher sensuellement, aspirant au passage ses boules rondes et bien pleines. Sa main calée sur ma nuque, le bellâtre m'a baisé la bouche jusqu'au moment ou le sperme chaud s'est répandu d'abord au fond de ma gorge pour terminer sur mon visage...

Histoires récentes